Page_003 Sort de l'équipage

Qu'est-il arrivé aux 9 membres de l'équipage ? 

Ils connurent des aventures diverses, mais tous les neuf rentrèrent aux Etats-Unis dès la fin des hostilités.

Trois d’entre eux : Charles Pendray, Irving Norris et Robert Mathie, eurent la malchance de toucher terre auprès de l'unique casemate allemande située aux abords de la route N 529 reliant Lessines à Frasnes. Elle est toujours là au milieu d’un champ à quelques encablures du château d’eau de Lessines. Ils furent aussitôt désarmés par la sentinelle et privés de liberté. Pour eux, la guerre était finie. Direction l’Allemagne et ses camps de prisonniers.

Après avoir été secourus et cachés par de braves villageois qui n’écoutèrent que leur cœur alors que le geste qu’ils posaient aurait pu leur réserver bien des ennuis, quatre autres soldats finirent par rejoindre, début septembre, les troupes alliées arrivées dans la région de Bruxelles. Il s'agit de F. McPherson, D. Hooth, R. Wright et C. Bomar. 

Quant aux deux derniers, W. Cupp et R. Donahue, ils prirent la direction de la France, après avoir été cachés en divers endroits pendant deux à trois semaines. Mis au courant par Radio Londres qu'ils écoutaient en cachette, ils espéraient rejoindre les troupes alliées dans les environs de Beauvais. Mal leur en prit car leur errance s'acheva le 29 août à Evecquemont, non loin de Paris où la population en liesse fêtait la libération de la ville. Ils furent aussitôt envoyés dans les camps nazis jusqu'à la libération de ceux-ci. 

Sergent William CUPP


La dépouille du lieutenant F. Addy fut emmenée par les Allemands et enterrée, enveloppée dans un drapeau américain, dans le cimetière militaire de Chièvres. Après les hostilités, son corps fut rendu aux Alliés ; il repose désormais auprès de 8300 compatriotes au cimetière militaire américain de Margraten, à quelques kilomètres de Maastricht et de Visé. 

 



James auprès de son oncle à Margraten

William Cupp est revenu plusieurs années de suite dans la région. Docteur en sociologie, il fut chargé par les universités qui l'employèrent d'étudier le mode de vie de nos villageois d'alors. Il jugeait en effet intéressant de comparer le mode de vie des fermiers américains gérant d'immenses domaines agricoles avec celui des petits agriculteurs européens dont il décrit les activités journalières avec une extrême minutie dans son livre "De la Picardie aux camps nazis".

C'est en 1989, qu'on le vit pour la dernière fois. Membre actif de l'AFEES (Air Forces Escape and Evasion Society), il profita de ce voyage pour revoir tous ceux et celles qui avaient secouru l'équipage du One Long Hop. Il les réunit à Ath le 14 juin et remit à plusieurs d'entre eux une distinction honorifique oh combien méritée.

La cérémonie de remise des distinctions honorifiques 
de l'Air Forces Escape and Evasion Society à Chièvres les 4 juin 1989


1 Paul Thomas, 2 Robert De Chèvre, 3 Roger De Chèvre, 4 Josiane Coton, 5 Laure Remy, 6 Marie-Jeanne Pettiau-Houbeke, 7 Marie-Louise Deltenre-Auverlaux, 8 Penny Cupp, 9 Bill Cupp, 10 Emmanuel Keldermans, 11 Rosa Ponchaut-Leleux, 12 Adolphe Clément, 13 Gilbert Rasson, 14 Guy Termonia, 15 Monette Derotteleur-Ronsse, 16 Mehdi Derotteleur, 17 Le Petit Thomas, 18 Julien Thomas, 19 Josiane Thomas-Vanderhole, 20 Véronique Thomas, 21 Non identifié, 22 Maurice Moulard (qui a probablement procuré les cartes d'identité pour le Lt Donahue, le Sgt Cupp et d'autres) 23 Odon Hubin, 24 non identifié, 25 Carmen Hubin, 26 Raoul Ponchaut, 27 Henri Keldermans, 28 non identifié 2
9 Louise Leleux, 30 Gaston Leroy, 31 Gabrielle Keldermans-Boucher, 32 Roger Bogaert, 33 Michel Keldermans, 34 Albert Moulin, 35 Adelson Fontaine, 36 Evelyne Gorts-Horlay, 37 Eliane Ronse-Hombeck.

Page_003 Sort de l'équipage